mercredi 7 avril 2010

Jeunes femmes d'Egypte entre deux mondes

© Photo de l'auteur du Blog
Corniche à Alexandrie. Egypte.

Une corniche tumultueuse, chahutée par les déferlantes de voitures, encombrée des nuisances sonores d'une véritable autoroute urbaine...

La traverser s'avère une gageure. Certains y perdirent la vie. Le piéton y surfe juste entre les voitures en mouvement, habilement, en fonction de la perception relative de la vitesse.
Y passer du côté mer indemne, tient un peu du miracle.

De la rue aux rochers, à quelques mètres de trottoire, s'ouvre une autre réalité, une autre musique offerte par les mouvements du ressac.
L'air y est frais, chasse les nuages de pollution et invite nos regards à l'évasion.

Ces trois femmes voilées rêvent d'ailleurs. J'aime l'apparente contrainte de leurs vêtements, en partie libérés par le vent du large, dans une direction contraire aux ombrages. Au royaume des contrastes, elles oublient la ville intérieure.

Sur cette corniche d'Alexandrie les couples se rassemblent, discrètement. Ils rêvent d'amour, s'y effleurent à peine dans le respect des conventions, dans une sorte de jeu des interdits, main dans la main.

Ce muret agit un peu comme une frontière, vers l'Egypte antique ensevelie à ses pieds, vers un monde neuf moderne à ré-inventer. Ces jeunes femmes restent un instant comme en suspension entre deux dimensions, émouvantes.

c
Enregistrer un commentaire