jeudi 26 juillet 2007

Yemen : trône de la Reine de Saba

Ces amis ne rêvaient pas du Yemen. Cette terre semblait ingrate au sud de l'Arabie Saoudite. Image du désert, de la désolation, du fondamentalisme. Difficile de les convaincre de l'intérêt des lieux. De la grande diversité des paysages, de l'Océan Indien, aux hauts plateaux vers les 3000 des massifs, cultivés comme dans la lointaine Chine.

Après des périples aux proche Orient, le Yemen était un peu comme une étape dans ces parcours initiatiques, à la recherche de nos origines. La Grande Histoire de l'humanité, ces pays étapes des grandes migrations de l'Homme moderne.

Pour moi c'était également comme un retour aux sources. Ces odeurs, cette musique des marchés, le bruisement subtile des villes...
A l'âge de 6 mois j'habitais Alger pour une année et dans chaque pays traversé ensuite dés l'âge de 20 ans, en Turquie, en Irak, ... jusqu'en Libye je retrouvais sans doute "un chant des sirènes" de cet Orient si proche, si intime.

Le Yemen, préservé, si diversifié, accueillant, développait les plus anciens mythes fondateurs, en rencontrant les sources de la Myrrhe et de l'Encens. L'émotion fut forte, intense à Marib, ancienne capitale de l'épouse du Roi Salomon. Le temple au dieu soleil Bilqis était peu accessible en raison des fouilles. Mais ensemble face aux caractères cabalistiques, nous rêvions, seuls touristes dans ce pays, de ces symboles passés du trône de la Reine de Saba.
Enregistrer un commentaire