dimanche 4 février 2007

En partance pour le désert de l'Aïr

Dans quelques heures je m'envole pour le désert du Niger. Aïr, Ténéré... Ces mots résonnent dans notre imaginaire, comme ces premiers pas des grands explorateurs.
Promesses envoutantes de découvertes avec les "grands passeurs" des sables. Surprises des rencontres avec les caravanes, véritables vaisseaux de l'océan minéral.

Enthousiasme du dépouillement pour un temps, chacun est renvoyé vers lui-même, invité dans l'espace désertique, décelant une Autre Présence. Je suis impatient de croiser l'autre. L'Homme du désert habité. Les témoins aussi de notre passé. Silex taillés, pierres polies, bifaces, tessons de poteries... Posés sur le sol, à même le sable, discrètement, ils invitent l'imaginaire dans le voyage et racontent avec gourmandise leur histoire aux lecteurs du sol.

Jamais je ne me lasse de ces déserts. L'Algérie avec ses magnifiques cathédrales de pierre et son sable de safran. La Libye avec ses lacs salés et ses grands massifs volcaniques.
La Mauritanie près d'Atar, aux étendues si diversifiées et si chaleureuses au coeur des dunes. L'Irak, le plus implacable, fournaise d'où surgit notre plus lointaine histoire entre Tigre et Euphrate, si lourdement ensanglanté aujourd'hui.
Le Yemen avec ses dunes blanches se jetant dans l'Océan Indien du côté des plages de Bir Ali où les vagues jouent de leur fluorescence au crépuscule. L'Egypte avec ses deux déserts, le blanc et le noir, vestiges des rivages il y a quelques millions d'années, aux concrétions calcaires uniques. La Jordanie avec ses rochers témoins de tant de conquêtes, des premiers pas des religions du Livre, qui recèle tant de trésors comme Petra...

Ces déserts ne seront jamais semblables. Composés de pierres, de roches érigées, de grains orangés aux blancs immaculés, de figures veinées formant dunes, de canyons préservés, d'animaux endémiques perdus dans un point d'eau protégé... Chaque désert conjugue à sa manière le fil de la vie.

A bientôt sur le blog, un peu plus tard en Février.
Amicalement,
Bertrand
Enregistrer un commentaire