mardi 16 janvier 2007

Ils jonglent avec l'histoire

Différents objets s'amusent à jongler avec l'histoire sur des distances considérables. Au centre deux oeufs de Dinosaure fossilisés, vétérants des lieux affichent avec fierté leur 65 millions d'années. Le pôt de miel en peau d'antilope thermoformé singe bien involontairement la coupe du monde foot. Simplicité et force symbolique des formes. A une extrémité, une tête Gandhara en schiste tisse un lien avec les épopées du Grand Alexandre. A l'autre une petite tête de Boudha en bronze souligne la finesse des oeuvres de Thaïlande au XVIIe siècle et s'amuserait volontiers à saisir le couvre chef russe composé de fil d'or et d'argent de la même époque.

Un casse tête en pierre, originaire du Sahara souligne la "crudité" des conflits aux confins du néolithique et provoque les multiples bouteilles d'absolu de parfum de la parfumerie Roure, symboles d'un raffinement plus inaccessible.

Une écorce peinte de la communauté de Maningrida aiguisse l'appétit. L'artiste Samuel Namundja y représente un poisson dans le plus pur style rayon X. L'animal se retrouve dans son plus simple appareil, arrêtes et chair bien distinguées grâce aux fines rayures. Il s'agit en fait d'une oeuvre pédagogique, soulignant les parties comestibles du poisson et la façon la plus habile de le découper. Un met de choix dans la salle à manger.

Encadrée par deux armes rituelles de Papouasie Nouvelle Guinée, la peinture souligne les matières des voisins : bois sculpté, tissage d'herbe, hâches polies dans la profondeur du jade.
Une monnaie composée d'une large coquille nacrée de Tridacna géant fossile semble soutenir de son anneau l'arme d'un autre temps. Les objets dialoguent entre eux. Tissent des liens. Jouent des correspondances. Cet espace suspendu vous invite à traverser les continents.

Enregistrer un commentaire