mardi 7 août 2012

Parcours inédit dans la vallée des Merveilles

La vallée des Merveilles constituait juste une étape d'une journée sur une randonnée de plusieurs jours dans les Alpes, au cœur du massif de l’Argentera-Mercantour. Une partie de notre groupe de marcheurs ne souhaitait pas s'arrêter. Il était cependant difficilement envisageable de passer outre ces magnifiques témoignages de l'âge du cuivre ou du bronze.

© Photo de l'auteur du blog

Après quelques débats, nous prîmes donc un guide. Simplement munis de mon iphone je prenais quelques photos lors de la visite. Ensuite aux détours du tracé du chemin, je pris la liberté de partir à la recherche de ces blocs en pierre de siltites où figurent les gravures.



© Photo de l'auteur du blog


J'étais comblé de joie à l'idée de rencontrer ces représentations de divinités, d'armes, ou de bovidés épurés, patiement poinçonnées dans la roche par des peuples pasteurs il y a 3500 ans. Cela me faisait songer à d'autres peintures rupestres de la période bovidienne découvertes au Sahara, aux jeux de correspondance et aux liens fondamentaux qui unissent nos cultures.

© Photo de l'auteur du blog


Des représentations apparaissent comme récurrentes, à travers les cornes des bovidés, leur équilibre, le caractère circulaire et presque parfait des courbes.
L'image du peuple Peuls, rencontré au Niger, me venait à l'esprit. Leur recherche d'esthétisme est poussée à son paroxisme, avec une façon assez singulière de travailler, d'ajuster les defenses de leurs animaux.
Elle irradie ensuite, y compris chez le sexe fort, un maquillage spécifique du visage, les courbes noires soulignant les yeux. L'animal adulé devient un canon de beauté y compris dans sa transcription sur leurs corps.

© Photo de l'auteur du blog


Dans la photo ci-dessous, j'apprécie particulièrement la symbolisation et la simplicité relative de cette représentation combinée du bovin, de la charrue et du socle pour tracer les sillons. En tant de poiçons mais si peu d'éléments, l'essentiel figure.

© Photo de l'auteur du blog


Ces quadrillages me troublent et m'invitent sur le terrain du rarrk des aborigènes du nord de l'Australie. Que ce soit sur ces rochers ou sur les écorces peintes, il reste assez marquant d'observer dans ces deux cultures un rapprochement possible à travers une vision géométrique, non figurative dans de multiples combinaisons de hachurées.

© Photo de l'auteur du blog

© Photo de l'auteur du blog

La photo suivante introduit une possible rupture et un certain anachronisme par rapport aux représentations de l'âge du bronze. Cette main naïve, presque celle d'un enfant, rend un clin d'oeil à d'autres mains négatives, beaucoup plus anciennes, aux temps de Lascaux.

© Photo de l'auteur du blog

 
© Photo de l'auteur du blog


Un attelage combiné de bovins magnifique. Je suis tellement attristé par les dégradations du site. Vous pouvez observer sur la photo les coups de burin répétés d'un inconscient. Dans cette vallée nous sommes face à un patrimoine en péril.

© Photo de l'auteur du blog

Deux poissons peut-être ? Ils me font immanquablement encore penser aux représentations de la communauté de Maningrida en Australie. Excepté les travaux de la vallée des Merveilles sur les bovidés, il serait intéressant de creuser les correspondances avec d'autres peuples nomades ou pasteurs. Si le travail a sans doute été fait avec les peuples du Sahara, un terrain fertil se présenterait sans doute avec l'Australie.

© Photo de l'auteur du blog

Enregistrer un commentaire