jeudi 28 décembre 2006

Jeux de pyramides

Déambulation dans les rues du Caire il y a quelques mois. A la recherche de quelques facades remarquables de la belle époque. Où le Caire invitait les plus grands architectes. Ils rivalisaient d'inventions. Et de concours en concours, d'immeubles en hôtels particuliers grandioses donnaient à la ville un nouvel écrin.

Nous sommes à deux pas de la pension Roma. Petit hôtel familial niché au 4 ème étage d'un immeuble sans âge. Les parquets y sentent bon l'encaustique. Les chambres y réveillent mes souvenirs d'enfance. Ces vieilles maisons d'un autre temps, aux mobiliers désuets, au point d'eau masqué d'un paravent. On s'y sent bien. L'ascenseur traversent ces étages de géant. Nous voilà plus bas dans le tohu bohu d'une ville de près de 18 millions d'habitants.

Jeux des couleurs d'une devanture de magasin. Quelques hésitations. Cadrage. Une passante passe. L'image est dans la boite.

Trois pyramides plaisantent en ville. Une jaune. Deux demi-rouges inversées. Le croisé des jambes noires. La ville moderne tisse sa toile vers le plateau de Gizeh.
La démarche volontaire de la passante. Saisie dans l'instant. De profil. Les mains posées. Un hiéroglyphe bien involontaire mimé en pleine rue. Clin d'oeil fruit du hasard. Passerelle entre deux mondes qui ne se reconnaissent pas. L'antique et le contemporain. Etranger l'un l'autre. Comme une autre histoire mais pas celle des Egyptiens d'aujourd'hui. Et pourtant un peintre du dimanche ose la chute et les correspondances !
Enregistrer un commentaire