jeudi 7 mai 2009

Nom d'un blog ! 5 ans d'art aborigène...

© Coral Napurrula, with courtesy of Ikuntji artists.
Provenance : AAMU à Utrecht. 110 x 70 cm.
© Collection privée Brocard-Estrangin



  De cette peinture de Coral Napurrula déjà évoquée ici à celle de Lydia Balbal présentée dernièrement, plus de cinq années se sont écoulées. A l'échelle d'une vie ce n'est pas grand chose. Guère plus que 5 à 6% d'une existence si l'on a un peu de chance.

Cinq ans, c'est aussi l'âge de Facebook, ou de Wordpress, la durée d'un mandat de Président de la République. Il y aurait de quoi dire ou faire des choses sur une telle période. Entre action et communication il faut souvent choisir.

A une autre échelle, incomparable, ces cinq années me donnèrent l'occasion de tutoyer l'idée d'une collection. Elles m'offrirent la possibilité de traverser un chemin hasardeux entre haches polies et peintures aborigènes.
Plus de 300 objets plus tard je reste impressionné par cette sorte de frénésie qui me saisit. Un peu comme si il y a 1850 jours je ressentais l'impression d'une fin proche, la nécessité de rassembler quelque chose avant de disparaître...

Plus de 70 peintures aborigènes glanées, agrandirent également cette sorte de petite famille. Aujourd'hui je peux y lire mon cheminement entre art décoratif et art bientôt ou presque muséal si l'on peut dire. Ce fut pourtant une démarche modeste, puis de plus en plus exigeante à mesure que mon regard devint plus instruit, sensible, mature et finalement irrationnel.

Il y a presque un an, je donnais un nom à cette collection en devenir. J'avais trouvé enfin une direction à donner. Cela devenait limpide. Il y avait une cohérence historique, familiale, et la capacité à nommer ce qui était devenu une passion.
Dans une vie il me fallait bien ce petit grain de folie, en marge des sentiers balisés. On ne vit qu'une fois !

Cette toile de Coral, première de la collection était déjà audacieuse pour un néophyte en art aborigène. Elle me permet aujourd'hui de boucler le cercle en ajustant le nom du blog.

"Sur les pas d'une collection" va devenir "Sur les pas de la collection... Brocard-Estrangin". Ce léger jeu lexical, cette transition sensible m'invitera à plus d'exigence. Il prend également une saveur particulière en 2009, où une partie de l'ancienne collection Brocard fut exposée à Moscou il y a quelques mois. Une provocation russe mais également une invitation à construire autre chose. L'avenir est devant nous !
Enregistrer un commentaire