lundi 18 février 2013

Collier Inuit : transmutation d'une vénus en oiseau stylisé

Oiseaux Inuit en ivoire de morse.
Collection privée Brocard-Estrangin

Ces oiseaux Inuits stylisés sont tous petits. Je dirais même minuscules, avec à peine 3 à 4 cm de long.
Les successions de période de gel puis de dégel, conduisent de plus en plus à voir émerger ces objets du sol. Ils ont été préservés dans le permafrost pendant plusieurs centaines d'années, ou quelques millénaires pour les figures les plus anciennes, ce qui donne à l’ivoire une robe caramélisée assez caractéristique.

La genèse de ces objets est assez insolite. A une période assimilée à la fin du Magdalénien (autour de - 10 000), les peuples Eskimos au sens large, composaient des colliers avec des vénus stylisées. Les figures reprenaient en fait une dominante stéatopyge, avec des cuisses, hanches et fessiers proéminents.

A l'autre bout du globe en Suisse, d'autres figures reprenaient ces traits dans le même esprit, comme à Monruz, où les formes féminines sont également simplifiées à l'extrême.
L'effet esthétique devait être marquant dans la duplication, une fois ces petites sculptures attachées autour du cou.

Les artisans en conçurent dans de multiples matières comme l'ivoire de morse dans l'Arctique, à travers les siècles.
A force de reproduire ces figurines, une sorte de transmutation s'effectua de la forme féminine vers les lignes d'un oiseau finalement pas si lointaines.
Il est difficile de confirmer aujourd'hui si cela fut volontaire, d'autant que le peuple inuit a toujours joué avec les concepts de transformation de l'homme en animal et inversement, lors des rites chamaniques.
Une proximité sculpturale s'est néanmoins dessinée entre la femme et l'oiseau, l'un remplaçant l'autre dans le bestiaire des colliers, y compris dans les formes les plus récentes à quelques siècles de distance.

Ces 4 oiseaux proviennent de différentes sources comme en attestent un grain, une patine différente, et un niveau d'érosion contrasté. Un point d'attache apparaît utilement au niveau du croupion. Le collier a disparu. Reste une forme énigmatique à la résonance évolutive millénaire.

Enregistrer un commentaire