vendredi 9 novembre 2012

Une trace en collection : l'invention de la roue

Chariot miniature en ivoire. 3 x 5 cm. Source : mésopotamie.
Entre 3000 et 2000 ans avant JC. © Collection privée Brocard-Estrangin 
Dans de précédents billets j'évoquais la naissance du métal avec l'âge du cuivre précédant de peu l'âge du bronze. J'avais rencontré cette période lors d'un périple en Mauritanie où les mines de cuivre, presque à ciel ouvert, avaient permis l'éclosion de multiples innovations.
Sur ces terres d'un Sahara en devenir, dans une sorte de savanne giboyeuse, des hommes allaient lutter entre traditionnalistes de l'âge de pierre et progressistes de l'âge du cuivre.
Imaginez les conflits, les luttes d'influence, la bataille culturelle qui allait prendre pied. Chacun cherchait à démontrer la qualité de ses outils. Les pointes de flêche en métal, plus fines, provoquaient la réalisation d'outils de pierre de plus en plus épurés mais tellement fragiles.
Je crois que les plus belles pièces en pierre du néolithique tardif correspondent à cet âge du cuivre.
Sur l'échelle du temps, nous étions entre 7000 et 3700 avant JC. Cela m'a guidé sur les pas d'une collection : quelques milliers de pointes de flêches, des hampes, hâches et pics en cuivre et toutes ces mollettes de pierre sans âge qui jonchent le sol du plus grand désert du monde.
Quelques siècles plus tard, les cités émergeaient avec leur lot de complexité. Apparaît la nécessité de compter, de négocier, de souligner des accords et d'organiser finalement une société plus complexe et hiérarchisée. La naissance des échanges, le troc, l'émergence de la monnaie a été concomitante en partie avec la naissance de l'écriture dans la région de Sumer. Dans ce chemin cohérent mais inconscient sur les routes des ruptures, je ne pouvais m'empêcher de collecter quelques petites plaques d'argile, griffées de caractères cunéiformes en provenance d'Irak ou d'ailleurs.  
Nous étions en 3500 ans avant JC.
Une révolution n'arrive jamais seule. Les changements s'enchaînent. La roue fit son apparation toujours dans le coin de la mésopotamie. Pleine, en pierre, elle va bientôt constituer l'élément essentiel des chariots utiles aux échanges comerciaux ou aux conquêtes sur de longues distances, plus ou moins désertiques.
Il s'agit d'un bouillonnement technologique. L'émergence de la céramique trouve un usage immédiat à la roue juste inventée comme tour de potier. La pierre cède le pas au bois, et à des travaux complexes d'assemblages pour former un cercle solide. Nous sommes autour de 3000 ans avant JC.
C'est l'objet de la photo ci-dessus. Ce petit chariot en ivoire joliment patiné est originaire de mésopotamie. Malheureusement son lieu d'origine est inconnu, comme la datation exacte.
Je dois d'ailleurs vous avouer une difficulté car ces roues ne ressemblent en rien, avec ces 5 yeux, à celles qui figurent sur les représentations de la même époque. Elles me semblent plus conceptuelles que pratiques. Ces 5 points pourraient donc avoir une signification éventuellement rituelle.
L'attellage étrange, même en l'absence d'animaux, invite dans d'autres périodes historiques, posé de façon nonchalante sur une couverture en cuir d'un livre de droit du XVIIe siècle, juste le temps de prendre la photo.
Paléolithique, néolithique, chalcolithique, céramique, écriture, roue... Le tour est fait et l'invitation des révolutions et rupture était en marche sur les pas de cette collection Brocard II.
Enregistrer un commentaire