mardi 30 octobre 2012

Signaux faibles : une exposition-vente d'art aborigène à Paris


Depuis quelques semaines Paris est un peu devenue la capitale de l'art aborigène, autour de l'évènement manifeste du Quai Branly : "Aux sources de la peinture aborigène".
De nombreuses expositions d'art aborigène se sont greffées autour, à l'ambassade d'Australie tout à côté de Bir Hakeim, ou au musée du Montparnasse, et à Versailles.
Arts Elysées, a également offert l'opportunité à deux galeristes de représenter l'art aborigène dans des modalités toujours un peu contrastées.

Toutes ces expositions ont donné lieu à des communications plus ou moins fortes : communiqués de presse, campagnes sur les réseaux sociaux, toujours avec un bon esprit en faveur du fond : la défense et la promotion de cet art signifiant des antipodes.

D'autres évènements sont plus discrets, presque invisibles sur la toile. Il s'agit de signaux faibles, à capter et à relever, car ils méritent le même intérêt.
Pas très loin du Quai Branly, dans le 15e arrondissement est organisée une exposition-vente par Helen Read (sur RDV comme indiqué sur le carton).

Helen Read, ancienne infirmière volante, a noué de nombreux contacts avec les aborigènes depuis plusieurs décennies dans le cadre de son métier. Aujourd'hui elle est bien connue des collectionneurs, car elle organise des vols-parcours d'art entre les communautés aborigènes entre le centre rouge et le nord du pays.

Je n'ai pas eu l'occasion de voir l'expo. Mais par contre l'achat par son entremise d'un hollow log de Maningrida, il y a quelques années, m'avait convaincu de la qualité de son travail.
On n'en entend pas vraiment parlé, mais à mon sens cela vaut la peine d'y faire un tour et de prendre RDV.
Enregistrer un commentaire