vendredi 15 juin 2012

Art inuit : nomadisme et ours en os de baleine fossilisé

© Collection privée Brocard-Estrangin. Photo de l'auteur du blog

Sur les routes du nomadisme, mes intérêts restent multiples. Hier je sillonnais les chemins du Sahara. Niger, Mauritanie, Algérie, Libye, Egypte... toutes ces contrées deviennent depuis peu un peu moins accueillantes le temps d'un équilibre à retrouver. Les routes des religions m'invitèrent également dans les déserts du Moyen-Orient. L'Irak, la Jordanie, le Yémen, le Liban, la Syrie m'offrirent tant de paysages dénudés où se lisaient la lumière des croyances.

Aujourd'hui, je ressens un attrait prononcé pour des nomadismes aux antipodes, aussi bien en Australie avec les aborigènes, que dans la Grand Nord avec les inuits. Deux expositions m'ont marqué à ce sujet. Celle de l'Abbaye de Daoulas en Bretagne il y a 3 ou 4 ans. Elle établissait de façon brillante un jeu de correspondance entre art inuit et art aborigène, où je me retrouve un peu "sur les chemins d'une collection".
Une autre exposition remarquable "Upside Down, les Artiques" se tenait au musée du Quai Branly avec des merveilles en ivoire et os sur plus de 2000 ans, toutes principalement en provenance des réserves des musées soviétiques.

Dernièrement j'ai eu le plaisir de recevoir le petit ours de gauche sur la photo. Celui qui est assis sur son arrière train. Il provient aussi de l'Artique. Je l'invite au dialogue avec un ours debout, sous le regard doux ou hypnotique d'autres sculptures inuits.

Pour ces deux ours, leur matière première a de l'importance. Le sculpteur a opté pour des os de baleine fossilisés. Dans ces régions le bois, l'ivoire ou l'os sont rares. Certains morceaux s'échouent de temps à autres sur les rives glacés et ouvrent la voie à la créativité des artistes.
Enregistrer un commentaire