samedi 7 avril 2012

Quel casse-tête !

massue cérémonielle Alofolo de MALAITA.
© Collection BROCARD II

Seize jours se sont écoulés. La pause est courte. Rien de transcendant ne s'est décidé. On peut bien aspirer à des choses grandioses... Finalement les petits riens habitent bien plus l'existence. Il y a des rêves brisés dans cette vision mais aussi une certaine forme de sagesse au long court.

Il en sera ainsi. C'est tranché. En 2009 je viendrai sporadiquement dans cet espace partager quelques enthousiasmes et découvertes, sans obligation de périodicité, ni de fulgurance, tout simplement, très modestement.

Quoi de mieux qu'un casse-tête finalement, pour reprendre ce fil de discussion et figurer la fin d'un débat cornélien ?
Il s'agit d'une arme de cérémonie Alofolo de Malaita (correction apportée le 18/02), en forme d'un baton de 93 cm, rogné à sa base. Le tranchant plus large représente une tête stylisée, incisée de plusieurs paires d'yeux, et d'un préominence en guise de nez effilé.

Cette plastique atypique fut presque comme un choc esthétique. Le raffinement de l'exécution, la suggestion légère des formes, sont au service de l'évocation dépouillée de visages et d'esprits, dans une économie maîtrisée des moyens.
Quelle modernité ! Quelles correspondances avec les lointaines têtes abstraites des Iles Cyclades de la Grèce antique.

A la fin du mois, je retournerai dans le Sahara Algérien au sein du Tassili N’Ajjer, dans ce merveilleux désert véritable musée rupestre à ciel ouvert. Munis d'un carnet, appareil photo ou pas, cela sera éblouissant d'y être. J'ai hâte d'y ressentir la vie des nomades d'hier, de passer la main sur les pierres polies, de m'endormir sous les étoiles... A bientôt.
Enregistrer un commentaire