lundi 23 février 2009

Métissage : quand l'art contemporain et la tradition se rejoignent...

© Fox story by Jeannie Nakamarra Daniels
100 x 60 cm. Provenance : galerie Gondwana
Collection privée.

Au musée du Quai Branly hier après-midi, je m'attardais dans les méandres sombres de l'exposition sur les Métissages. Entre messages philosophiques et fertilisation des cultures, un panneau indiquait que l'épicentre du métissage se situait aujourd'hui au-dessus de l'Océanie.

Il fut hier en Afrique, aux Amériques. De nos jours, il est entre Amériques et Asie, juste au-dessus du Pacifique et curieusement au coeur de l'Australie, entre ces différents mondes, presque au centre des cultures nomades et animistes.

Ce tableau, aux couleurs fulgurantes, entre spontanéité à la Pollock et pointillisme pondéré Aborigène, représente habilement ce métissage en marche. Il est presque une sorte de conjugaison quand l'art contemporain et la tradition se rejoignent et offre un écho marqué au billet précédent sur "les Aborigènes ont-ils le droit de rentrer dans l'art contemporain".

Cette oeuvre brillante de l'artiste Jeannie Nakamarra Daniels, reprend le rêve du renard transmis par son père quand elle était enfant. Il fait partie des tableaux présentés par la galerie Gondwana à l'occasion de la première exposition solo de l'artiste.

Au travers de ces méandres de couleurs, et de motifs sacrés, le père renard enseigne aux plus jeunes comment survivre dans ce monde par le dépassement de soi et l'apprentissage des techniques de chasse pour la partie offensive du rêve.
Cette vision est elle-même pondérée par les autres dimensions de l'existence, plus modérées, plus défensives, où il convient de savoir creuser un terrier pour bien s'y cacher...
Enregistrer un commentaire