lundi 6 octobre 2008

Où acheter de l'art aborigène ?

La question de l'achat d'art aborigène en Australie tarabuste une partie des amateurs européens. Les velléités du Sénat Australien en 2008 semblent avoir tenter de règlementer un peu plus ce marché de l'art sans finalement totalement y arriver. Il y eut un grand pic de l'art aborigène en 2007, puis une sensible atténuation de la valeur moyenne des oeuvres vendues et du chiffre d'affaires réalisé chaque année depuis. Cela reste une bonne nouvelle comme je l'évoquais déjà sur ce blog, pour assainir les offres et permettre de se focaliser sur les plus belles oeuvres.

Après quelques années d'expérience, je crois que le danger le plus important dans le domaine de l'art, reste de chercher à faire une bonne affaire. Pierre Berger, compagnon de Yves Saint Laurent soulignait qu'un chef d'oeuvre n'a pas de prix et en quelque sorte n'est jamais trop cher car il est unique.

Certes ils disposaient de moyens considérables. En matière d'art, et tout autant dans le cadre des oeuvres aborigènes d'Australie, il vaut mieux n'acquérir que quelques toiles par an, remarquables, presque uniques ou rares, que de chercher à se constituer une large collection en quelques mois. Cela peut générer une frustration compréhensible de modérer ainsi ses achats et d'attiser par là son désir.
Mais collectionner avec du flair demande du temps.

Les belles toiles ne sont pas si nombreuses. Elles apparaissent sur le marché, disparaissent, reviennent à l'occasion de ventes aux enchères dans les grandes maisons. Il convient d'être en état de veille régulier ou bien de se fournir aux meilleures sources, auprès des acteurs en Europe ou ailleurs, qui travaillent directement avec les centres d'art pour s'assurer d'une provenance éthique et d'un niveau de qualité incontestable. Ils ne sont pas nombreux. Mais cela reste fondamental pour développer sa collection.




Enregistrer un commentaire