mardi 8 avril 2008

Les boîtes aux lettres bâillent...

Sous un porche de la belle ville de Marseille... Les boîtes aux lettres racontent les habitants du lieu. Là où l'uniformité n'est pas dictée par des codes, la diversité s'installe, évoque des métiers, des passions, des oublis.

Un papier marbré habille la boîte aux lettres d'un relieur. Un restaurateur de tableau transforme un ancien châssis de peinture et accueille les surprises du facteur. Des points jaunes encadrent un nom et y soulignent l'équilibre prôné par l'ostéopathe.
Un peu plus loin, une porte métallique rose baille, une fois la clef perdue.

D'autres boites disposent de cadenas comme si elles conservaient quelques trésors. Certaines sont plus aériennes et respirent par leurs yeux ronds.
Dans l'ensemble, elles furent peintes, repeintes, ou restent rouillées, générations après générations.

Sur chacune, l'ambition ou l'anticipation des destinataire s'y lit. D'un côté les maigres attentes s'accommodent d'une petite boîte. De l'autre, les plus grandes offrent l'abri à des paquets ou lettres plus volumineuses...

Aujourd'hui, dans l'une, j'y dépose un message.
Il était destiné à vous lecteurs. Avant de revenir bientôt.
Enregistrer un commentaire