mardi 1 avril 2008

A la recherche du sens d'un panneau magique de Papouasie Nouvelle Guinée...

© Collection privée BROCARD II.

Evasion vers un village du Haut Sépik en Papouasie Nouvelle Guinée à travers ce panneau magique. Réalisé avec minutie par les hommes du hammeau de Kupkein, les multiples courbes, circonvolutions et visages suggérés portent un message puissant qui ne nous est cependant pas parvenu.

Je recherchais des exemples similaires dans différents ouvrages de référence sur la Papouasie Nouvelle Guinée comme le superbe livre d'art "New Guinea Art, master pieces from the Jolika collection of Marcia & John Friede". Ce fut peine perdue. Bien que. Certains motifs m'évoquent le travail sur des manches de dagues gravées dans l'os de casoar... Il pourrait il y avoir correspondance mais sans révélation pour autant du sens de cet oeuvre.

Je laissais donc parler mon imagination sur cet objet reçu aujourd'hui d'Allemagne. Avec toutes les réserves nécessaires, j'y distingue plusieurs niveaux de perception imbriqués les uns dans les autres.
Sur la droite de l'objet, deux cercles concentriques apparaissent comme deux yeux profondément enfoncés dans leurs orbites. Ils suggèrent la tête d'un grand esprit, étonné, l'arcade sourcilière relevée, le front plissé. Deux boucles terminent la partie droite comme une chevelure symbolique.

Regardez de plus près. Ces deux yeux sont également visages. L'individu se conjugue au pluriel. A travers ces yeux, plusieurs pensées figurent comme de nombreux esprits ancestraux qui vous observent.

Vers le centre du panneau apparaissent d'autres visages stylisés. De là à imaginer un ventre offrant l'abri à la descendance de deux grands ancêtres il n'y aurait qu'un pas. Il serait cependant un peu présomptueux de le franchir.

La partie gauche de cette plaque est plus étranges encore. Ce qui pourrait ressembler à des étuis péniens semble féconder une sorte de vague ou de fondement. S'agirait-il d'un panneau magique dédié à la fécondité ? D'une carte généalogique soulignant différentes générations ? Le mystère demeure. Mais mon imagination, rien qu'elle s'emballe pour cet objet si symbolique. N'est-ce pas l'apanage de l'art que d'inviter son observateur à une créativité contemplative et participative...
Enregistrer un commentaire