jeudi 21 février 2008

Art aborigène : forger son regard sur un millier de peintures ?

© Museum National d'Australie à Canberra
© Tim Payungka Tjapangarti - 1975 - Cycle Tingari -

Des amis me demandaient, combien de toiles aborigènes j'avais vu ? Quelques milliers en fait... Ce chiffre pourrait sembler extravagant ou inutile, j'en conviens. Mais il n'en est rien. Dans cet art si proche et si loin de nous à la fois, il convient de prendre le temps de l'apprivoiser, d'éduquer son regard, de s'initier aux codes visuels, aux mythes de ces peuples nomades.

Pour un habitant d'Australie il ne doit pas être trop difficile de découvrir de multiples oeuvres. Mais pour un européen, c'est sans doute une autre affaire. Certes il n'y a pas des galeries aborigènes à tous les carrefours. Bien que, si l'on embrasse l'Europe, un parcours initiatique aborigène est encore possible.

Commencez par le musée aborigène d'Utrech qui dispose d'une très riche collection et propose des expositions temporaires de haut niveau. Visitez ensuite le musée du Quai Branly à Paris. Il offre avec sa grotte aux écorces une image saisissante des parois peintes à l'autre bout du monde. Profitez de votre passage à Paris pour rendre visite à quatre galeristes. Stéphane Jacob avec ses présentations de peintures en appartement est passionnant et dispose d'un large choix de grande qualité. La galerie Yapa offre des animations et performances entre peintures et musiques. Luc Berthier me présenta de très belles oeuvres de Minnie Pwerle et organise régulièrement des expositions en direct de la communauté de Maningrida et de ces magnifiques écorces peintes. Mary Durack a vécu avec sa famille dans le bush, en étroite relation avec les communautés aborigènes et offre également un choix intéressant.

Le mois de septembre est peut-être la période idéale pour visiter la capitale de l'hexagone. Durant cette période, Kaos, le parcours des mondes, rhabille toutes les galeries de Saint Germain aux couleurs des arts premiers et offre l'occasion de voir également de nombreuses peintures. Le prochain RDV est du 10 au 14 septembre 2008.

Après ces rencontres, votre "chemin initiatique" vous aura déjà donné l'occasion de visionner un large choix de toiles. Mais cela ne vous suffira peut-être pas. Dans une interview donnée à la galerie Elan d'art, j'exprimais également mon enthousiasme pour internet et les visites virtuelles d'expositions ou de musées dédiés à l'art aborigène.

Ils sont nombreux sur la toile et de haut niveau par la qualité des oeuvres présentées.
L'exposition "Papunya painting : out of the desert" du Museum Nationale d'Australie à Canberra vaut le détour en ligne. Elle présente de très belles oeuvres des premières années de l'Ecole de Papunya Tula également accessible en ligne avec des oeuvres contemporaines.

La galerie Annandale à Sydney propose actuellement de magnifiques oeuvres de la nouvelle génération de Maningrida. Comme toujours beaucoup sont déjà vendues.

Il y a quelques mois, j'avais manqué une oeuvre de la grande artiste Gulumbu Yunupingu, proposée par la galerie Alcaston. Fort heureusement pour mon budget d'ailleurs. Cependant l'exposition encore en ligne comme bien d'autres ne manque pas d'intérêt. Ces ciels étoilés sont fascinants.

Depuis quelques jours, le dealer Tony Bond offre sur son site de très belles oeuvres de la communauté de Bidyadanga, à l'origine d'un tout jeune mouvement de peinture, déjà évoqué sur le blog. J'y retrouve d'ailleurs deux peintures de Daniel Walbidi déjà vendues. A chaque fois, la distance est une barrière importante pour acquérir des oeuvres très demandées.

J'apprécie également beaucoup la galerie Short St de Broome qui propose de très belles toiles et représente directement de nombreux artistes. Ces dernières années, j'ai acquis par leur intermédiaire trois écorces peintes de Maningrida et une peinture de Bidyadanga.

Une autre galerie de renom mérite un peu d'attention. "Raft Artspace" présente des oeuvres de bonne qualité des différentes communautés de l'Ile continent.

Si vous avez pris le temps de parcourir les différentes expositions en ligne sur toutes ces galeries, de visiter leur stock, vous êtes assez proche d'un millier de peintures. Votre goût s'affine. Votre sensibilité vous guide vers certaines communautés ou artistes.

Pour parfaire cette initiation, n'oubliez pas les catalogues de vente d'art aborigène de la maison Sotheby's. Depuis les années 2000 ils donnent un aperçu des plus belles peintures passées en vente aux enchères. En introduisant votre e-mail, vous avez la possibilité de créer un compte gratuit et de surfer sur les catalogues électroniques disponibles.

Quelques ouvrages existent sur le sujet également. Allez sur Amazon et indiquez "art aborigène" ou "aboriginal art" et vous pourrez alors sélectionner quelques livres.

Le monde des blogs offre également quelques pépites dans le domaine de l'art aborigène. Je vous invite à rendre visite sur "Aboriginal art & culture : an american eye" de Will Owen, un remarquable site à la fois sur l'art et l'ethnographie, en anglais.
Le site "Peintures aborigènes d'Australie" mérite aussi le détour pour la mise en perspective de leurs différentes toiles avec différentes explications des mythes aborigènes représentés.

D'autres sources existent encore sur la toile... L'idéal avant de faire un choix consiste à combiner la découverte virtuelle et une appréhension réelle, en face de l'oeuvre qui pourrait vous séduire. A moins de disposer de photographies de grande qualité et d'un côté un peu aventurier. De mon côté j'ai très rarement été déçu à l'occasion de l'achat d'une peinture à des milliers de kilomètres... Passerez-vous le cap ?
Enregistrer un commentaire