samedi 3 novembre 2007

Peintures corporelles aborigènes : Minnie Pwerle

© Peinture corporelle par Minnie Pwerle, Utopia.

Il y a quelques temps je présentais un autre tableau de Minnie Pwerle : audace d'un artiste aborigène. J'avais en effet été fasciné par le mouvement imprimé sur cette toile par cette vieille dame de plus de 90 ans. Une puissance dans l'expression, des choix de couleurs audacieux.

Minnie de son vivant a souvent été comparée à l'immense artiste Emily Kame Kngwarreye. Elle avait également commencé à peindre très tardivement sur les terres d'Utopia, autour de ses 80 ans. C'était comme un message puissant, gardé précieusement dans sa mémoire depuis tant d'années qui pouvait ainsi à cet âge vénérable se libérer sur la toile.

Elle créa de multiples peintures avec un sens de l'équilibre certain autour du rêve des femmes. Les cercles presque hypnotiques représentent traditionnellement des trous d'eau. Les petits cercles suggèrent quant à eux les petits melons du Bush Australien, riches en vitamine C. Tandis que les traits délimités dans une sorte de poche soulignent des dessins corporels, probablement apparentés aux formes initiatiques représentées sur les seins des femmes Atnwengerrp.

Je profite de la mise sur chassis de cette toile pour la mettre à nouveau en avant sur le blog.
Aujourd'hui cette toile répond en écho à d'autres également mise sous tension. Cela leur donne une dynamique palpable et invite à partager ce rêve.

D'autres références :
- Wikipédia : l'artiste Minnie Pwerle
Enregistrer un commentaire