dimanche 25 novembre 2007

Les enfants et les arts premiers : rite de l'igname en Papouasie

C'est étonnant d'observer les réactions des enfants face aux arts premiers. Dans les bras de sa maman, un petit garçon de 10 mois observait cette statue venant de Papouasie Nouvelle Guinée. ll tendit la main avec le souhait de toucher le nez, de mettre la main sur la bouche. Tandis que sur son visage se dessinait un sourire amusé. Comme une communication silencieuse entre l'objet et son jeune observateur. Sans préjugé, juste dans l'appréhension visuelle de la statue.

Je trouvais cela assez suprenant, surtout que les réactions de l'enfant face à d'autres statues étaient beaucoup plus mitigées, grimaçantes et inquiétées, en regardant d'autres visages plus austères. Nous pouvions noter une très nette receptivité au travail rituel de l'artiste, un regard curieux bien loin d'être indifférent, des mains souhaitant mieux appréhender les formes.

L'oeuvre présentée ici symbolise le rite de l'Igname, qui revêt une dimension tout à fait particulière en Papouasie Nouvelle Guinée. Cette racine n'est pas seulement une plante. Nourriture principale des populations elle se confond presque avec ceux qui la consomme. La chaire riche colorée a grandi dans la terre où les anciens se sont dissous.

Le tubercule est omniprésent dans les rites rythmant leur vie. Dans les échanges, mariages, orchestrés par les hommes, cette racine comestible conduit à certains conflits d'importance.

En savoir plus sur les rites de l'Igname sur France 5. L'igname également dans la tradition Kanak. Un ouvrage disponible sur Google Book.
Enregistrer un commentaire