jeudi 4 janvier 2007

Un visage romain sort de terre

Ce jour là, je prenais l'ancienne 504 de la famille pour me rendre dans un petit hammeau des Alpes de Haute Provence. Impatient d'aller creuser la terre à la recherche de quelques petits trésors égarés. Ce vieux village est réputé pour sa plus haute antiquité. Romains, Templiers ont occupé les lieux avant les fortifications des Alpes. Le terroir est suspendu entre sommets, à la croisée de multiples chemins.

Ce petit champ ne renvoit que peu de sonorités. Il semble pauvre en métaux. A part quelques déchets et capsules du siècle dernier. Prêt à abandonner, je m'en retourne avec ma pioche vers un muret retenant les pierres du champ. Collectées depuis des siècles et rassemblées, elles facilitent ainsi les labours.

Un son net, court, profond résonne dans le casque. Souvent le prémice à d'intéressantes découvertes ou à un massif objet en fer. Je creuse une fois encore à près de 30 cm. Dégage quelques pierres. Evite les pieds de luzerne du champ d'à côté. Le son se précise. L'objet doit être dans cette gangue de terre sur le côté. Je la casse, l'éparpille avec le pied. Un objet se précise. Ce n'est ni une pièce de monnaie, boucle de ceinture ou balle d'arquebuse égarée, mais un fin objet en bronze, patiné. D'un coup, je traverse près de 20 siècles. Une belle petite fibule romaine apparaît, sobre, rustique comme cette dure vie des montagnards.

Je m'apprête à reboucher l'excavation, quand un son retentit. Je creuse. Un peu plus profond. Un autre objet se dégage. Dans sa motte de terre il ressemble tout d'abord à une monnaie romaine. Dégagée des scories du temps, une magnifique petite tête énigmatique apparaît. Un visage joliment dessiné. Une coiffure presque à la turc. Une moustache dans l'esprit gaulois. Un sourire esquissé qui taquine le temps. Il semble romain. Mais les canons utilisés laissent pantois. Peut-être un visage oublié de ces peuplades gauloises des hautes montagnes.

Quant à son usage il s'agit sans doute d'un clous pour coffret à bijoux. De là à imaginer que la fibule composait une partie de ce trésor, éparpillé depuis des lustres ? Il y aurait de quoi rêver...

Je revenais plusieurs années de suite au même endroit, après les labours, attendant que la terre livre d'autres secrets. Sans succès ! Je ne manquerais pas de donner cette pièce au Musée de la Vallée ou de la faire référencer s'ils ne sont pas intéressés par cet objet.

J'ajoute une photo si jamais vous aviez des idées plus précises sur l'époque et l'origine de cette figure ?
Enregistrer un commentaire