dimanche 21 janvier 2007

La brillance des rêves : les Lonka Lonka aborigènes

Lonka Lonka aborigène.© Collection privée Brocard-Estrangin


Nous nous envolons pour le Kimberley oriental, sur la côte près de Broome en Australie. Les fruits de la mer réjouissent depuis toujours les populations aborigènes du bord de mer. En d'autres lieux, cette alimentation particulière, si riche en minéraux et lipides d'une grande qualité, a permis le développement du cerveau humain et l'émergence de l'Homo Sapiens près des grands lacs d'Afrique et sur les côtes.
Collectant tous ces matériaux issus de la grande bleue, l'homme s'est intéressé très tôt au chatoiement particulier de la nacre. Chez les aborigènes d'Australie, il prit une sens particulier. Chaque peinture du centre du désert, des territoires du Nord, joue avec ces effets de brillance, ces éclats qui soulignent l'omniprésence des esprits et leur pouvoir.
L'enthousiasme fut donc grand de retrouver au coeur de la nature une matière si brillante, susceptible d'être gravée, de véhiculer un message avec force, de développer un rêve avec puissance.

Les Lonka Lonka sont portés par les hommes, au niveau du pubis ou autour du cou avec une cordelette de cheveux tressés. L'envers renvoit une patine façonnée par un usage prolongé, au grain très fin, sans aucune aspérité. Les bords souvent coupants des coquillages sont là émoussés. L'ensemble flirte avec le sépia par l'application répétée d'ocre et de graisse de Kangourou.

Ces pendentifs restent des objets de grande valeur servant le plus souvent de monnaies d'échange et pouvaient accompagner les rites sacrés des faiseurs de pluie.
Le pendentif de droite représente le Rêve de la baleine Min-Nimb.
Quant à lui, le Lonka Lonka de gauche représente des réseaux de lignes enchevétrées, sous forme de "panneton de clef", sans doute symbolique des mouvements de l'eau, des effets des marées et peut-être plus prosaïquement des traces laissées sur le sable à basse eau ou la symbolique des mouvements du serpent sur le sol.
technorati tags:
Enregistrer un commentaire